Dans la catégorie « la vie est mal faite »… Pendant les dernières vacances j’ai eu droit à de sacrées complications administratives, pas juste françaises, mais franco-irlandaises pour faire encore pire… Tout ça à cause du statut de l’assistant de langue, qui est assez particulier. Quand vous êtes assistant, vous avez deux possibilités. Soit continuer vos études à distance. Soit faire une pause et ne pas vous réinscrire à la fac, ce qui est mon cas. Et là on se retrouve avec un statut de boursier, mais pas étudiant boursier. Boursier tout court. J’y reviendrai !

On conseille aux assistants de rester inscrits en fac pendant leur année à l’étranger pour une raison bien simple : ça permet de bénéficier de la sécurité sociale étudiante pendant l’année d’assistanat. Ça évite de s’empêtrer dans des changements de caisse de sécu… Seulement, c’est très bien pour ceux qui ont la motivation de bosser à distance (j’en suis incapable) ou ceux qui peuvent se permettre de faire une année «pour rien » et de redoubler une fois rentré en France. Ou de s’inscrire en première année de n’importe quoi juste pour avoir le statut étudiant.

Je n’ai pas cette possibilité car je suis boursière du CROUS, et si on rate une année, on perd son droit aux bourses (aux bourses sur critères sociaux mais les bourses au mérite aussi je pense). Si j’avais voulu continuer mes études d’anglais j’aurais dû m’inscrire en Master 2 et je n’avais vraiment pas envie de faire un mémoire de recherche, depuis l’Irlande n’en parlons pas, avec ou sans bourses. Et je n’allais pas non plus gaspiller une année de bourses (on a droit à 5 années et j’en ai utilisé 4) pour faire une première année dont je n’ai pas besoin.

Je me suis donc retrouvée avec le statut de « boursier tout court ». « Boursier » car même si je n’étudie pas je suis rémunérée avec une bourse d’environ 900 euros par mois. Le bon côté des choses, qui est aussi valable pour mes collègues encore étudiants, c’est que comme c’est une bourse, on ne paye pas d’impôts, ça nous simplifie la vie. On a moins de démarches à faire. Mais pour moi ça s’est un peu révélé être un cadeau empoisonné en ce qui concerne la sécu. Je ne pense pas avoir droit à la sécurité sociale irlandaise vu que je ne suis ni irlandaise ni véritablement salariée. Et puis j’en veux pas de la sécu irlandaise, elle rembourse rien, c’en est scandaleux. Cette histoire vraie (en français) vous montrera qu’en plus c’est un système profondément injuste, où votre classe sociale détermine vos chances de survie. Si vous êtes pauvre, tant pis pour vous. Je me suis donc tournée du côté français. Cet été avant mon départ j’ai passé pas mal de temps à appeler la LMDE, la mutuelle de mes parents, etc… La LMDE m’a donné une carte européenne d’assurance maladie pour jusqu’au 31 décembre 2010. Je n’ai eu aucun problème avec la mutuelle de mes parents. La CPAM de son côté m’a dit que je devrais faire renouveler mes droits auprès de la LMDE fin décembre. Je suis donc partie en Irlande sans souci, me sachant couverte pour le début de l’année.

J’ai recontacté la LMDE fin décembre à mon retour en France, pour demander la prolongation de mes droits. On me l’a refusée. Je me suis adressée à la CPAM de l’Ardèche. Il a fallu leur expliquer pourquoi je ne suis plus étudiante, pourquoi je suis pas salariée non plus, ni chômeuse, pourquoi je peux pas être assurée en Irlande… Dès qu’on ne rentre pas dans les cases y’a plus personne ! J’ai eu confirmation que la LMDE n’allait pas me « reprendre » car je suis à l’étranger. L’employé a finalement accepté de faire un dossier pour demander à la CPAM ardéchoise de me prendre en charge. Je n’ai pu faire ça que le 30 décembre. Et encore, si lui a accepté ma demande, il m’a dit que ça allait prendre du temps et a laissé entendre qu’il n’était pas sûr que ça passe. Il a pris mon ancienne carte vitale qui selon lui ne marcherait plus de toute façon. Et me voilà en Irlande sans sécurité sociale. J’ai pas intérêt à être à nouveau malade. Bon vu le prix d’une consultation (environ 50 euros) être remboursée ou pas ça ne change pas grand chose (on ne me rembourserait que ce que je paierais en France). Mais pour le principe…

Pour finir, mon conseil aux futur(e)s assistant(e)s qui pourraient passer par mon blog : si vous le pouvez, restez inscrit en fac en France, ça vous simplifiera grandement la vie !

Si vous êtes dans le même cas que moi, demandez bien une carte européenne valable jusque fin décembre, gardez votre carte vitale pour quand vous êtes en France car la carte européenne ne marche pas là-bas, votre carte de mutuelle si vous en avez une, et puis commencez vos démarches pour être rattaché à la CPAM de votre région assez tôt, aux vacances de la Toussaint par exemple, si vous rentrez en France. Comme ça vous ne devriez pas être coincé comme je le suis en ce moment. Je me dis que j’aurais dû constituer mon dossier pour la CPAM en été et puis demander à mes parents de le déposer pour moi courant octobre ou novembre (je ne suis pas rentrée en France à la Toussaint). Le reste des démarches se fera par courrier, et mes parents m’enverront mes nouvelles carte vitale et carte européenne. Pour l’instant, je croise les doigts…

A titre indicatif une liste des papiers que j’ai dû fournir à la CPAM :

-photocopie de ma carte d’identité

-photocopie de votre ancienne carte de sécu étudiante ou attestation (ou amenez l’original et on photocopiera pour vous !)

-la carte de mutuelle aussi ça peut être bien !

-une preuve de votre adresse (ou de l’adresse de vos parents) : facture de téléphone, électricité…

-lettre de mes parents attestant que je réside chez eux quand je suis en France (si vous êtes dans le même cas)

-copie d’un email de l’ambassade française à Dublin qui explique mon statut de boursier (j’avais reçu cet email en été) ou autre preuve que vous êtes considéré comme boursier. Mon erreur c’est que j’y ai laissé le montant de ma bourse qui y était mentionné… Ne le laissez pas car le conseiller m’a dit que ça pouvait être utilisé contre moi (qu’on pourrait me dire que je gagne assez pour me démerder sans la sécu… ben voyons !). J’ai aussi copié l’email où on me disait que j’avais eu le poste à Bundoran.

-un formulaire à remplir avec votre conseiller, disponible en pdf sur le site de la CPAM, c’est le formulaire de « changement de situation »

-et enfin une lettre où vous expliquez votre situation de manière simple et demandez à être rattaché à la CPAM. Si cela peut aider certain(e)s contactez-moi et je vous enverrai un modèle de la mienne ;-)