Dernier article sur Derry, et après je ferai un album photo. Je suis bien rentrée en France mercredi soir et je n’arrive pas à croire qu’il y a huit jours j’étais sur les remparts de Derry, et il y a une semaine je faisais la fête à Carrick. Ca fait bizarre mais je me sens étonnamment calme malgré le départ.

Ma raison principale d’aller à Derry était ce besoin d’aller sur les lieux du Bloody Sunday. Il fallait que je voie avant de partir. J’ai toujours été touchée par l’histoire de l’Irlande y compris de l’Irlande du Nord. Après tout, ce ne sont deux pays distincts que depuis environ 90 ans.

Mais c’est l’histoire récente qui m’intéresse ici, la période des Troubles, une guerre civile puisque deux camps s’affrontaient en Irlande du Nord : les indépendantistes (ou républicains) contre les unionistes (ou loyalistes), les catholiques contre les protestants, les pauvres contre les riches, pour caricaturer. Les catholiques étaient contraints de vivre dans des quartiers insalubres, souffraient de discrimination à l’embauche, n’avaient pas les mêmes droits civiques que les protestants.

Il y a 12 fresques ("murals" en anglais) sur les Troubles dans le Bogside (peintes par les "Bogside Artists") plus d'autres peintures. C’est assez étrange de marcher dans ce quartier, très calme le matin, en pensant à ce qui s’y est passé. Tout semble lourd de sens et tout vous rappelle au passé.

Les Troubles ont commencé à la fin des années 1960. Les catholiques commémorent les 50 ans du Easter Rising (insurrection qui a précédé l’indépendance de l’Eire) en 1966. Un groupe paramilitaire unioniste se forme (l’UVF, Ulster Volunteer Force) et abat un civil catholique à Belfast. Les attentats anti-catholiques se multiplient. Un mouvement des droits civiques se forme pour défendre la population catholique, sur le modèle du mouvement américain de Martin Luther King.

IMGP7906

Ils organisent des manifestations pacifiques malgré les interdictions, et les soldats britanniques tirent, faisant des blessés. Les revendications ne sont pas entendues.

IMGP7912

En 1969, suite à une attaque loyaliste, la population catholique du quartier du Bogside érige des barricades autour du quartier et le rebaptise Free Derry (Derry Libre).

IMGP7939

Les jeunes loyalistes viennent narguer les habitants du Bogside, déclenchant plus de ripostes. Les catholiques se défendent avec des pierres et des cocktails molotov face aux blindés et au gaz lacrymonèges de l’armée.

IMGP7910

Des émeutes éclatent dans d’autres villes du Nord. Après deux jours de violences, neuf civils sont morts (majoritairement républicains), des centaines de maisons incendiées et des milliers de personnes ont fui. Guernica est très approprié...

IMGP7911

IMGP7924

L’IRA (Irish Republican Army) n’est alors pas très puissante. Elle se scinde en deux factions et essaye de reprendre le contrôle des ghettos catholiques. L’armée britannique va même parlementer avec ces milices pour leur demander d’assurer la sécurité de ces zones. Jusqu’à ce qu’un soldat britannique soit assassiné. Un parti politique républicain modéré est formé pour tenter de contrer cette escalade de la violence, alors que le pays sombre dans la guérilla. L’armée britannique arrête des centaines de suspects, qui à l’époque pouvaient être internés sans procès, et ces prisonniers sont victimes de torture et de mauvais traitements. Cela monte définitivement les catholiques contre l’armée, ils ne font alors plus confiance qu’à l’IRA pour assurer leur sécurité.

Tags contre la torture et pour la libération de prisonniers, sur les remparts de Derry :

IMGP7920

Le dimanche 30 janvier 1972, les soldats tirent sur des manifestants non armés à Derry, faisant 14 morts. C’est le Bloody Sunday.

IMGP7922

Les victimes du Bloody Sunday, les plus jeunes au milieu.

IMGP7929

L’année 1972 a été très meurtrière, le conflit a fait plus de 500 morts. Partout dans la ville il y a des plaques pour rappeler la mort de telle ou telle personne, ou bien pour tous ceux tués pendant le conflit :

IMGP7891

"En mémoire de tous ceux de cette ville et d'ailleurs qui ont perdu leur vie à cause de la guerre et des conflits. En mémoire de tous ceux tués par des bombes fabriquées dans cette ville.'"

La fin de Free Derry : en juillet 1972 les soldats britanniques ont détruit les barricades dans le Bogside :

IMGP7915

IMGP7918

En 1975 c'est la fin de l'internement sans procès, mais il y a toujours des procès sans jury et avec un seul juge. Les prisonniers politiques protestent de différentes façons, par exemple en refusant de porter l'uniforme et en restant dans leur couverture, c'est le "Blanket Protest" (dont je n'avais jamais entendu parler avant). Jusqu'à 300 personnes y ont participé.

IMGP7905

 La grève des prisonniers la plus connue est certainement la grève de la faim dans le Bloc H, une prison d'Irlande du Nord. Le gréviste le plus célèbre est Bobby Sands, officier de l'IRA, qui sera même élu député pendant son internement et mourra après deux mois de grève de la faim. Son portait (cheveux longs et grand sourire) se trouve un peu partout en Irlande. En tout, onze personnes sont mortes pendant cette grève. Le Vatican, la Croix Rouge, la communauté internationale ont tenté d'intervernir, mais il ne fallait pas compter sur Thatcher, la Dame de Fer, pour négocier...

IMGP7942

Cette fresque rend hommage aux grévistes et je trouve que la citation en bas est vraiment belle : "Le rire de nos enfants sera notre revanche." Quelle meilleure revanche en effet ?

IMGP7931

Plaque en gaélique à côté :

IMGP7932

Parlons-en, des enfants dans le conflit. Cette fresque représente Annette McGavigan, une fille de 14 ans qui a été abattue par un soldat en 1971 alors qu'elle cherchait des cailloux pour un travail scolaire.

IMGP7935

J'ai vu quelque chose d'autre de tout aussi poignant, au coin d'une rangée de maisons en briques. La photo d'un petit garçon, avec des fleurs en tissu délavées et une plaque. Il a été tué par une balle des soldats dans les années 1980, tout près de chez lui. Il y avait une page de journal plastifiée accrochée à la grille avec sa mort dans les gros titres. Comme si c'était hier. Le Bogside vous fait le coeur trop lourd, je n'ai aucun lien avec tous ces gens et pourtant j'aurais du mal à vivre dans un quartier comme ça, avec ces rappels sinistres à chaque coin de rue. Je trouve ça fou, finalement, que les habitants soient restés malgré toute cette violence et le souvenir des violences. Ils ont été très courageux.

Cette fresque rappelle le rôle des femmes dans le conflit. Celle avec le mégaphone est une députée britannique, la plus jeune à l'époque. Elle s'adresse à la foule tandis qu'une femme du Bogside frappe un couvercle de poubelle sur le sol pour prévenir de l'arrivée des autorités.

IMGP7925

Une fresque, enfin, représente l'espoir né à la fin des Troubles...

IMGP7907

Et les lieux dédiés à la paix sont nombreux à Derry, du pont de la paix sur la Foyle...

IMGP8017

...à la statue "Hand accross the Divide".

IMGP8038

Voilà, je pense que c'était une visite nécessaire pour moi, et je la conseille à ceux qui aiment l'histoire de l'Irlande du Nord. On a beau savoir plein de choses, ce n'est pas pareil après avoir vu. La chanson bien connue de U2 et la chanson moins connue de Divine Comedy prennent une autre dimension...